A Promise of Fire de Amanda Bouchet

A Promise of Fire de Amanda Bouchet
The Kingmaker Chronicles #1

Genres : Romance / Fantasy

VO — Ebook
N’existe pas en français

Note : 5 sur 5.

À ma grande surprise, j’ai trouvé une nouvelle lecture sitôt après avoir terminé la dernière. A Deal with the Elf King a été une petite déception mais je n’avais pas envie de quitter tout de suite la Fantasy Romance, et hasard de chez hasard, A Promise of Fire d’Amanda Bouchet traînait dans ma PAL. Où étais-tu quand j’avais besoin de toi, mon vilain…
Mais passons, j’ai sans attendre jeté mon dévolu sur le premier tome de la série The Kingmaker Chronicles d’Amanda Bouchet, et c’était bon. Pas bon genre coup de cœur, mais bon genre j’en redemande, et où est-ce ce que je dois signer, et comment j’ai fait pour passer à côté tout ce temps, et il serait peut-être temps que je fasse du tri dans ma PAL… ce genre de genre.

A promise of Fire nous emmène donc dans le monde imaginaire de Thalyria où l’autrice s’est amusée à reprendre toute la mythologie grecque. Cat voyage avec un cirque depuis des années pour passer incognito et fuir un très gros danger de son passé. La jeune femme se fait passer pour une diseuse de bonnes aventures et on comprend vite qu’elle a la particularité de détecter les mensonges des gens autour d’elle. À chaque fois que quelqu’un ment, elle ressent une douleur physique qui lui sert d’indicateur. L’intensité de la douleur peut varier avec le nombre de menteurs ou juste l’énormité du mensonge.
Un beau jour qui ressemble tant aux autres. Cat est accostée par une montagne de muscles au très gros potentiel de séduction. C’est un Seigneur de guerre venu du Sud (la région de Sinta), et il veut que Cat teste la loyauté des quatre guerriers qui l’accompagnent. Pour les trois premiers, facile. Le dernier en revanche, c’est un espion du camp adverse et il est tout de suite neutralisé par le Seigneur de guerre et ses hommes. Malheureusement, il a le temps d’attaquer Cat avec de la poudre de Méduse qui, en temps normal, tuerait n’importe qui après une bonne pétrification. C’est là que Cat se dévoile involontairement, car non seulement elle ne meurt pas mais elle absorbe la magie comme si de rien n’était. La jeune femme pense à reprendre la fuite, et se retrouve bloquée par le Seigneur de guerre. Après tout ce temps, il a enfin trouvé celle qu’il cherchait, la légendaire Kingmaker, celle qui peut ou défaire les royaumes…

A Promise of Fire commence de manière assez classique mais se classe très vite au-dessus de la moyenne, surtout considérant les autres autrices et auteurs du genre. Amanda Bouchet a fait un travail assez bluffant pour adapter les us et coutumes, ainsi que le langage, à la mythologie grecque. Des bâtards que les dieux laissent derrière eux, en passant par leurs amants à qui on offre pouvoirs et richesses, pour finir sur les insultes et autres expressions courantes mais adaptées à la sauce Élyséenne. C’était très bien écrit, bourré d’humour avec des phases d’action et de combat au poil. J’avais l’impression d’y être, ça ferait un bon film.

Autre point, les personnages. Je n’avais que peu d’attentes, forte d’expériences parfois rebutantes en matière de casting principal dans les romances, aussi ai-je été surprise quand j’ai commencé à apprécier Cat et Griffin, le Seigneur de guerre monomaniaque. Cat a beaucoup de personnalité, des insultes à en revendre et des pouvoirs cachés comme s’il en pleuvait. Habituée à mentir et manipuler pour s’en sortir, ses tours de passe-passe habituels, de même que son tempérament irritant, ne vont pas venir à bout de la patience d’ange dont fait preuve Griffin. On a du mal à croire qu’il a rallié tout le Sud derrière lui. Il est simple, honnête, concentré sur un seul but et, bien entendu, beau comme un dieu. C’est un partenaire idéal pour Cat et un plaisir de suivre petit à petit ce couple prendre forme au gré des chapitres.

La romance suit une trajectoire classique tout en attendant le dernier moment pour se conclure, en cohérence avec les réticences très fortes de la jeune femme, à juste titre d’ailleurs. Les différentes étapes du rapprochement entre Cat et Griffin permettent de voir progressivement un changement dans le comportement de notre pseudo diseuse de bonne aventure. Les remparts qui lui servaient de protection contre les autres tombent un par un alors qu’elle est assaillie par la gentillesse et la franchise de Griffin et de son entourage, parce qu’ils sont tous aussi bons que lui. Cat se dit qu’elle a peut-être débarqué dans un autre monde ? Qui sont ces odieux personnages qui osent ne pas penser qu’à eux et imaginer un futur ou Fisa, Tarva et Sinta (Nord, Centre et Sud) sont unis et en paix ? Quelle infamie ! Pas de manipulation ? Pas de torture ? D’infanticide ou de parricide ?
Bref, vous voyez le genre… Griffin a du taff mais il accepte de relever le défi car dès le début il ne cache pas ses sentiments, contrairement à Cat qui va tout faire pour lutter contre son attirance pour le Seigneur de guerre.

Voilà, voilà. Je n’ai pas honte de dire que j’ai dévoré ce premier tome. Une romance qui suit les codes standards dans un univers qui nous transporte ailleurs, où les dieux se mêlent constamment de la vie des hommes, font des petits demi-dieux pour le plaisir et sont en guerre permanente. Et ce n’est rien comparé aux hommes ! Si la romance ne réserve que peu de surprises, tout en étant divertissante, le reste de l’intrique est lui très captivant. J’ai hâte de lire la suite. Je conseille, recommande, et tout, et tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s