Février 2021 en images


  1. Breath of Fire (The Kingmaker Chronicles #2) de Amanda Bouchet
  2. The Duke and I (The Bridgertons #1) de Julia Quinn
  3. Heart on Fire (The Kingmaker Chronicles #3) de Amanda Bouchet
  4. The Hitman’s Guide to Making Friends and Finding Love (The Hitman’s Guide #1) de Alice Winters
  5. The Hitman’s Guide to Staying Alive Despite Past Mistakes (The Hitman’s Guide #2) de Alice Winters
  6. The Hitman’s Guide to Tying the Knot Without Getting Shot (The Hitman’s Guide #3) de Alice Winters
  7. Secret défense d’aimer #1 de Axelle Auclair
  8. Secret défense d’aimer #2 de Axelle Auclair

On sent un petit manque d’imagination vers la fin…

La pause du Dimanche #5

La pause du Dimanche fonctionne sur le même principe que C’est lundi, que lisez-vous ? à ceci près que je préfère en faire un billet dominical parce que c’est la journée où j’ai le plus de temps pour moi… 😉
Juste pour rappel, l’objectif de ce rendez-vous est de répondre à trois questions : Qu’avez-vous vu lu cette semaine ? Que lisez-vous en ce moment ? Qu’allez-vous lire ensuite ?
Easy Enough. En principe seulement, parce que je suis connue pour changer d’avis comme de slip…

Lire la suite « La pause du Dimanche #5 »

Secret défense d’aimer #2 de Axelle Auclair

Secret défense d’aimer #2 de Axelle Auclair
Secret défense d’aimer #2

Thèmes : Romance / Contemporaine / FM / Militaire

VF — Ebook

Note : 3 sur 5.

C’est avec enthousiasme et curiosité que j’ai entamé la suite de cette série pour le moins originale. Le personnage de Sabine n’est pas un cas isolé dans les romances mais c’est déjà beaucoup plus rare de rencontrer un Condor poussé dans ce genre d’extrémités, le type est bourru et plus dru que du crin de cheval. Pourtant, il a su me convaincre et me donner envie d’investir dans le tome suivant. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais probablement pas à ça. Une fois le vernis effacé et l’effet de surprise atténué, je me rends compte que l’histoire ne prend plus trop pour moi, en partie à cause des réactions disproportionnées de Sabine.

Cette suite enchaîne directement après le premier tome. On y retrouve Sabine et Condor, fraîchement mariés. Un bien grand mot pour un acte qui s’apparente plus à une formalité administrative qu’à un évènement en soi, surtout du point de vue de Condor. Les jeunes mariés continuent de s’apprivoiser et d’apprendre à se connaître au quotidien. Condor est un élève discipliné, attentif avec une certaine endurance, le filou. C’est assez amusant d’être témoin de sa faculté à calmer Sabine quand elle déraille, tout en lui soufflant des mots d’amour, du moins, la version Condorienne des mots d’amour. Je n’ai pas senti d’intrigue précise dans ce tome, plus une collection de moments marquants, d’étapes indispensables et inévitables dans la vie d’un couple. D’ailleurs, c’est aussi l’occasion de laisser plus de place aux deux autres CCL, et surtout à Lynx qui, souffrant d’une blessure, va montrer sa trogne plus souvent.

Je suis généralement connue pour ma patience d’ange et mon sang-froid à toute épreuve, mais je crois avoir trouver mon maître en la matière, j’ai nommé : Sabine. Il y a de nombreuses choses que je n’apprécie pas chez ce personnage et je vais y revenir par la suite, mais je dois avouer qu’elle a une réserve de patience qui dépasse de loin la mienne. Je sais que l’amour fait des miracles mais là, c’est époustouflant. En contrepartie, j’éprouve un peu de pitié pour ce brave Condor dont les nerfs sont mis à rude épreuve. Quand Sabine décide de jouer aux cons, si je puis dire, elle n’y va pas de main morte. C’est en fait la principale raison pour laquelle je ne pense pas finir cette trilogie. Je n’en peux plus de lire les absurdités qui passent dans la tête de l’héroïne, ou encore les énormités qu’elle peut dire ou faire. C’est à se demander si le personnage a vraiment passé des années dans l’armée, avec toute la rigueur et la sévérité dont l’héroïne nous bassine constamment. Pour quelqu’un qui passe son temps à se vanter de savoir suivre les règles, d’avoir connu les coups de gueule vivifiants des supérieurs et j’en passe, elle est très prompte à la spontanéité et la stupidité. La spontanéité passe encore, on n’est pas des machines non plus même si je suppose que l’entraînement militaire doit aller dans ce sens. Par contre, je n’arrive plus à faire avec le manque de jugeote de la coquinette. Des fois, devant une situation critique ou juste très sérieuse, elle réagit comme une civile qui n’a jamais vécu ce genre de chose de près ou de loin. C’est un peu déroutant de lire ça, pour ensuite tomber sur un paragraphe où Mistinguette nous détaille en long et en large comment il faut se comporter, comment il faut parler et tutti frutti. Le truc le plus drôle, et c’est surtout dû à mon propre parcours professionnel, c’est quand je lis qu’elle ne parle pas un mot english. Les CCL ne sont pas surpris de l’apprendre, juste dépités. On n’apprend pas l’anglais dans l’armée ? J’ai bien conscience que c’est fictif, en même temps, l’autrice a bien dit que c’était basé sur sa propre expérience. Je ne sais pas quoi penser, c’est décrit de manière tellement sérieuse par moment, que ça me pousse à juger le livre avec un regard beaucoup plus critique et du coup, peut-être passer à côté de la légèreté du truc, de son aspect très décalé.

Bah bref, c’est vrai, il y a bien des passages dans ce second tome qui sont amusants, et bien loufoques. Toutefois, je ne pense pas m’intéresser au tome suivant à cause des personnages. D’un côté des femmes militaires qui se comportent comme des pimbêches, trop à mon goût. De l’autre, des super agents de la mort qui font passer James Bond pour un rigolo, seul problème : une maturité émotionnelle et une certaine ignorance de la vie de Monsieur tout le monde qui paraissent peu crédibles. On s’attendrait à ce qu’ils parlent et agissent moins comme des ados de quinze ans à peine pubères, et plus comme des adultes faisant un métier inédit, hautement risqué et qui impose de savoir s’adapter à n’importe quelle situation… donc de savoir les reconnaître à la base. Ce n’est pas tout le temps comme ça, mais suffisamment pour me rebuter. J’arrête donc là ma découverte de cette trilogie. Je n’ai pas acheté le troisième et dernier tome, je n’exclus pas de le lire un jour pour autant. Je ne sais pas… 🤔